Jean-Michel Planche

Twitter and co ont gagné : back aux affaires

Retour « aux affaires », Twitter and co ont gagné. Il n’y a pas d’issue dans les Time Line qui ne montrent que ce qu’elles veulent et nous détournent de l’essentiel. Version moderne de la bouteille à la mer, je prefère le blog, mon blog, à celui de tenter de crier plus fort que ceux qui hurlent à la mort.
Je ne sais pas si cela s’empire, tant j’ai l’impression qu’il nous faut voir le monde et surtout le « système » comme un vaste mouvement thermodynamique avec des particules sensées être libres, qui entrent en collision et produisent plus de chaleur souvent que de mouvement.
Ces particules sont-elles vraiment libres ? Bien sûr que non. Elles sont régies pas des lois, des règles, depuis la nuit des temps. Pouvons nous échapper alors à tout ceci ? Oui, je le pense mais il faut alors essayer de déconstruire toutes ses croyances. Enlever les lunettes de soleil que nous portons en permanence sur les yeux. Changer de regard. C’est à cela que je vais tenter, très modestement, de m’essayer.

Merci

Notre-Dame, par sa beauté ne laissait personne insensible.
Il y a beaucoup bâtiments, très beaux aussi.
Mais Notre-Dame, c’était spécial.
Difficile à expliquer par le cerveau, qui réduira à une question de religion ou de “monument” et de patrimoine alors qu’il s’agit d’une affaire de coeur. Personne ne pouvait être insensible à Notre-Dame.
Continue reading…

Karl … é-moi

Encore un de moins.
Karl s’en est allé. Il était de la race de ceux que l’on pense indestructibles, car on les a toujours connus. Pas moi, enfin pas personnellement, mais il m’était cher et j’ai partagé une page de vie. Il ne le savait sans doute pas, mais il avait organisé un bazar ambiant qui a permis que l’on donne sa chance à un “ptit gars”, à peine sorti du baccalauréat. Il l’a aidé à comprendre où était sa voie.
Continue reading…

Message à nos proches,

Une fois de plus nous annonçons des résultats et une fois de plus, ils en “déçoivent” certains, capables de jeter sans considération le bébé et l’eau du bain, pendant que d’autres de leurs confrères écrivent l’exact contraire.
D’habitude je ne dis rien. Ca me coûte, mais je ne dis rien. 3 ans de cotation et 3 ans que je ne dis rien. Aujourd’hui c’est bon. La société panoptique n’aura pas raison. Oui, il parait que nous avons “raté” nos objectifs et il semble que devions en être sanctionné. Un peu comme si vous punissiez votre enfant lorsqu’il revient à la maison avec un 18 de moyenne, mais que vous vous étiez entendu avec lui en début d’année pour un objectif de 18.5. Ou, comme Usain Bolt en 2015 qui rate son objectif et ne fait “que” 9s79, alors qu’il avait fait mieux l’année d’avant et qu’il reste quand même: champion du monde. Continue reading…

Big up: aujourd’hui, Yves Duteil

Dans ma série “big Up”, rien que des gens que je rêve de rencontrer ou dont j’aurais aimé croiser le chemin. Que des gens qui pour moi incarnent ce qu’il y a de beau et de bon dans notre nature humaine. Ils ont sans doute des défauts, tant nous semblons être constitués de multiples facettes, mais ils ont tous en commun de participer à me rendre meilleur et pour le moins, de me procurer beaucoup de plaisir.
Aujourd’hui, mise à l’honneur d’un grand, d’un très grand : Yves Duteil. En le paraphrasant, je trouve que :

Ça m’a fait tant de bien
De savoir qu’il existe
Des hommes tels que lui
Qui souffrent et qui résistent

Si vous avez la chance d’être sur Paris le 26 et 27 mai, foncez le voir et pensez à moi. J’aurais tant aimé être là. Son dernier album est l’un des plus beaux qu’il m’a été donné d’entendre et signe une maturité d’Yves qui m’émeut.
Continue reading…

Big Up: Gérard

Ce doit être un privilège de l’âge que d’être de plus en plus confronté à la mort. Ca commence généralement tout à fait “normalement”, le bout du chemin, comme ils disent. L’âge en un mot. Puis d’autres “normalités” viennent à rappeler que la mort fait partie de la Vie, mais n’en reste néanmoins bien difficile à accepter. Ce sont les accidents (Ludo), le refus de vie (René), puis les maladies.
Jamais on ne s’y habitue. Toujours ce goût du regret. Cette impression d’avoir raté quelque chose, quelqu’un, un possible, d’être passé à côté.

Trop vite. Trop loin. Trop occupé …

Continue reading…