Blog

Etre à la hauteur …

L’homme (ou la femme) se sent une mission “d’être à la hauteur”. C’est un sentiment naturel et assez général, je crois, dans toute l’espèce humaine, voir une de ses singularités: rendre fier ses parents. Ou au contraire, de tout faire pour se faire remarquer, même en mal. Ah ce fameux complexe d’Oedipe cher à Sigmund Freud : “tuer le père”, comme si c’était un mal nécessaire pour son développement psycho-affectif. C’est un mode de construction de l’égo. Il veut exister. Montrer qu’il est le meilleur. Faire mieux que les autres … ses parents compris. Ses parents surtout 😉

Mais pour un parent, c’est une fierté de voir son enfant s’épanouir, réussir ou pas, mais être heureux quand il entreprend non pas contre mais quand il entreprend juste. Et plus encore, s’il réussi mieux et bien … tant mieux. Mais le parent n’en demande souvent pas tant.

Et ce n’est pas sans danger, tout cela est bien connu. En premier lieu, celui qui conduit à reproduire des lignées professionnelles. L’enfant s’oublie et fera médecin car le grand père et le père étaient médecin. Il pourra même ne jamais se sentir “à la hauteur”, faute d’une lignée “écrasante”. En devenir malheureux, par le fantasme d’un absolu, d’une perfection qu’il devrait atteindre, voir dépasser. Peu importe qui fixe cet idéal, le mal est fait et peut même très mal finir, comme dans “les grandes familles”. Jean Gabin en perdra son fils. Il comprendra trop tard. Affaire et malheur de non dits. Incompréhensions mutuelles …

Mais que dire quand la génération suivante se révèle manifestement “pas à la hauteur”. Peut être que leur lignée écrasante les pousse à raconter n’importe quoi ? Mais à un moment, il faut se réveiller quand même et ne pas jouer à l’ado attardé trop longtemps !
J’aurais pu passer, mais à un moment, la coupe est pleine. De Gaulle, Klarsfeld, j’ai mal à vos ancêtres :

Continue reading…

Les “vieux” …

Ce matin, sur twitter encore, suite à l’échange Dechavanne / Taubira, la fameuse phrase fourre-tout est réapparue; “la vieillesse est un naufrage”. Et trop c’est trop. Fatigué d’une N-ième rengaine sur les “vieux“, comme je suis fatigué de ceux qui trouvent intelligent de penser que le stupide, le ridicule ne peut être fomenté que par des “Jean-Michel” ou des “Régis”. Tous ces beaux parleurs, ces pédants qui sont les premiers à s’indigner du racisme des autres, bien sur, mais ne font que le continuer. Ils perpétuent ces petits arrangements lâches avec le quotidien, ce “bon mot” censé faire rire. Faire “son malin” au détriment de l’autre, n’est-il pas pire que le racisme assumé de certains, qui nous arrache encore les oreilles (pour combien de temps ?) et peut être, lui, fermement combattu ?
Sont-ils devenus si cyniques qu’ils ne voient même plus la réalité ?
Que les “vieux” qu’ils moquent, qu’ils trouvent trop payés (à ne rien faire, bien sûr), qu’ils jugent trop riches, qu’ils chargent de tous les maux: profiteurs par leur génération, saboteurs pour la situation polluée léguée, geôliers parce qu’à cause d’eux, on a enfermé les “jeune” pendant deux ans, meurtriers même car voyez vous, beaucoup sont décédés des conséquences indirectes du Covid. Et enfin la touche finale: ces vieux sont indécents car ils vivraient mieux que leurs enfants ou leurs petits enfants … et c’est bien sûr de leur faute. Et même pire encore, quand d’un coté on trouve qu’ils ont trop duré mais de l’autre, on leur refuse le choix de leur propre fin.

Alors à tous ces gens là, j’ai envie de dire ceci

Continue reading…

Pour compenser: du pure génie

Mon petit touitte de 9:00 du matin pour vous souhaiter la bonne journée. Allez :

Frère Jacques, dormez vous …
Sonnez les matines !

Et pour compenser mon prochain billet du meilleur du pire que je peine à écrire, tellement le propos de l’auteur et de son “mouvement” dégouline de désespérance et plus encore. Je ne trouve plus les mots.
Allons, déjà passons un bon moment avec Louis de Funès et la bande “des belles bacchantes”. Si ca ne vous redonne pas le sourire:

Continue reading…

Dernière génération …

Meles meles, badger, blaireau, Vosges, 2018

Jeu de mot même si cela ne prête pas à rire. Je découvre encore éberlué, l’existence d’un “collectif” : dernière rénovation. Ils se disent: “la dernière génération capable d’empêcher un effondrement sociétal”. Leur moyen d’action : s’assoir sur des routes, les plus empruntées si possible, c’est plus drôle, pour gêner le maximum de gens et espérer faire parler d’eux. J’en suppose quelques uns qui espèrent que cela dégénère. En faire des martyrs. Là on parlerait vraiment d’eux. Les pauvres. Vous vous rendez compte, ils risquent leur vie … C’est pitoyable.
Assis sur le périphérique en attendant de se faire virer à coup de pompe dans le …, ils rêvent de “changer le monde”. N’espèrent-ils pas plutôt la guerre civile qu’ils fomentent par leur attitude ? Au lieu de rester assis, que pourraient-ils faire ? Mais il faudrait qu’ils sachent faire quelque chose, se lever tôt, supporter une vie rurale ? Allez, je vous aide, planter des arbres peut être ? aider des agriculteurs, des éleveurs ? aller dans les hôpitaux soutenir les malades, dans les établissements de soins palliatifs, dans les Ehpad ? Allez chiche !

En attendant, ils dépassent toutes les limites. A coup de peinture, de colle par çi et par là. Ils ridiculisent la cause (?) qu’ils sont sensés défendre et escaladent de la stupidité à l’indécence. J’aurais pu passer mais là, c’est trop:

Continue reading…

Spéciale dédicace à ceux de la SNCF qui ont choisi de bousiller le Noël de nombreuses personnes

Et spéciale dédicace aussi à ceux que l’on voit quotidiennement nous expliquer la vie, ces soit disant “salauds de patrons”, ceux qui nous vantent “le droit à la paresse”, avec leur “génance“. Sans oublier non plus (c’est du vécu, de nombreuses années), ceux d’Air France, des Aéroports de Paris, des contrôleurs aériens, qui s’arrangent par le plus grand des hasard, à provoquer leurs perturbations JUSTE AU MOMENT DES CONGES SCOLAIRES.
Il faut vraiment plus que du vice pour cela. Quand on pense aux enfants, aux grands parents, aux parents qui se faisaient une joie de se retrouver. Mais non, il faut géner au maximum … pour être “entendu” ;-((((((

Continue reading…

Les tontons flingueurs : aujourd’hui, comment on a bousillé la filière Nucléaire

Yves Bréchet, membre de l’Académie des sciences, ancien Haut-commissaire à l’énergie atomique de 2012 à 2018 a été auditionné par la commission d’enquête visant à établir les raisons de la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France. Oui vous avez bien lu, les députés et c’est très bien ce sont emparés de ce sujet, éminament stratégique. Je ne pensais pas cela possible.

Je ne pensais pas non plus possible que les auditionnés puissent avoir, pour certains, une telle liberté et honnêteté de parole. Sans doute l’auraient-ils moins eu s’ils étaient encore dans un poste, tenus par la barbichette de leur hiérarchie. Ce qui me fait plaisir, c’est que j’ai l’impression que dans ce marigot, il existe des gens “biens”. Des gens honnêtes, compétents, qui ont fait de leur mieux et qui sont véritablement peinés de la situation. Je vous laisse découvrir, c’est édifiant.
Je ne sais pas ce qui sera fait à l’issue du travail de cette commission. Si nous serons capables de ne pas recommencer les mêmes erreurs. Si des coupables seront jugés et condamnés.
Si la médiocrité devait être punie, cela se saurait. Ceux dont je rapporte le propos ne le sont assurément pas :

Continue reading…

Les tontons flingueurs : aujourd’hui comment on a bousillé EDF

Comment bousiller quelque chose qui fonctionne et qui était un fleuron à l’échelle mondiale ? Comment nous retrouver fort dépourvu quand la brise fut venue …
Souvent, quand nous, pauvres quidams moyens, constatons des incohérences parmi les “grands de ce monde”, nous pourrions nous dire que nous n’y connaissons rien. Qu’il y a forcement des raisons cachées, mystérieuses qui nous échappent. Que ces gens là, savent ce qu’ils font. Mais à un moment on se dit, non ce n’est pas possible. Ils n’y connaissent rien ou ils le font exprès et c’est encore plus grave.
Le boulanger du coin serait excusable (on parle de boulanger ici), si ce n’est qu’il ne ferait jamais ces mêmes erreurs. Il est chargé du présent, mais aussi du temps long. Il doit nourrir sa famille, ses employés. Il ne peut pas faire n’importe quoi. En tous les cas, il ne peut faire payer à d’autres le prix de ses erreurs.

Continue reading…

Pour mes plus jeunes lecteurs, qui se demandent …

Et oui, je viens de me rendre compte que j’ai encore fait une référence “de vieux con”, 😉 à laquelle je pensais tout le monde sensible. Je parle du message de l’annonce de la bonne nouvelle d’un nouveau billet, que mon divin blog publie sur twitter et mastodon.
Il évoque un moment joyeux de partage. Une attente récompensée, le soleil qui se lève, le bonheur retrouvé …

Le retour des jours heureux ? non ca, ca n’est pas chez moi. Je ne suis pas encore assez désespéré ou cynique 😉 :

Continue reading…