The tiny project

Screen Shot 2015-05-18 at 10.22.36 AM« Small is beautiful » ?
Si vous n’en étiez pas convaincu, regardez du coté de « The tiny project ». Il s’agit d’un projet de « petite maison », déplaçable à volonté, tout à fait convainquant. La qualité et le soin de celle ci est tout simplement incroyable.
Plus qu’un projet, il s’agit d’une réalisation, avec une véritable démarche de partage derrière pour ceux qui voudrait se lancer dans l’aventure.

Alors, bientôt tous des escargots ?

 

Reconnaissance aux animaux du caractère d’être vivants et sensibles

740x355_espacebuzz540f007425439

Lorsque l’assemblée nationale a confirmé le caractère sensible des animaux, cela n’a pas fait grand bruit, mais la nouvelle était de taille et aurait pu commencer à modifier des comportements toxiques.
Lorsque leurs collègues du Sénat ont fait machine arrière, cela n’a pas fait grand bruit … sauf celui de s’apercevoir que la plupart de ces politiques étaient soit aveugles, soit achetés par d’autres et en tous les cas indignes de nous représenter et de penser pour nous en terme de « bien public ».

Oh bien sûr, on peut me dire qu’il y a pire et plus urgent d’abord. Bien sûr …

Le jour où tout a commencé …

never-give-upJ’ai souvent utilisé cette image lorsqu’il a été question de légiférer « sur Internet ». A chaque fois, c’était comme un combat. Nous avions l’impression d’avoir à faire à une majorité rétrograde, assise sur ses privilèges et remplie de haine contre nous, contre l’inconnu et le « User Centric » si cher à nos coeurs.

Et puis est venu l’Internet commercial. Et puis sont venus les « lois en ‘i' », vécues comme autant de trahison. Et puis on est passé à autre chose. Nous n’étions pas nombreux à « voir » dans leur nuit. Avions-nous des mérites ? je ne crois pas. Nous n’avions surtout rien à perdre et dans ce cas là, il est beaucoup plus simple de voir l’humanité qui se cache derrière les principes fondateurs de l’Internet.

Et puis j’ai toujours cru que de toute façon, « nous » avions gagné. Le ver est dans le fruit. On ne pourra plus jamais faire comme « avant Internet ». Tout est connecté maintenant en IP et à priori, une voie de retour existe, même si elle est bien mal-traitée. Qu’importe. Mais est-ce que cela veut dire qu’il faut cesser d’être vigilant ? Surement pas. De quelques gus dans des garages, nous sommes maintenant légion. (pour paraphraser une célèbre tirade)

Sawabona !

10152376_747240671977178_2156758297086450144_nPeuples premiers, animaux, nature, que de choses n’avons nous pas perdu de vue ?

Je me permets de reproduire,un petit texte tout simple , trouvé sur Facebook, par la magie du hasard et de ma TL. Comme je sais que certains vont raler parce que c’est Facebook et que 99% de mes visiteurs ne cliquent pas sur les liens que je vous propose dans mes billets, j’ai préféré assuré.

Et je suis heureux de partager avec vous deux nouveaux mots : « Sawabona » et « Shikoba »

Non sans un brin de cynisme, je me demande si Sawabona n’est pas devenu dans nos sociétés (surtout en France d’ailleurs car je ne l’entends jamais aux Etats-Unis), le fameux « Et bon courage !!! », que l’on entend au café ou au restaurant à la fin d’un repas.

Une solution …

appletribute01
Suite de ma série sur la société et les différentes visions que l’on peut en avoir.
Oh, je vais peut être en surprendre plus d’un, par le fond, par la forme de ce que j’écris, mais tant pis.

D’abord première surprise … je ne donnerais pas LA solution. Ni une solution. Fini ce temps. Enfin, j’espère.
Conserver l’égo sous « maitrise » est un travail de chaque instant. 😉
Je sens plutôt que la solution est personnelle et est en chacun de nous et peut revêtir différentes formes, voir évoluer.
C’est un chemin.
Et puis, il n’est pas idée ou même le moment pour moi de donner la vision de ma philosophie personnelle. Trop présomptueux, trop tôt.

Pourquoi faire mal ce que d’autres ont fait si bien avant ?

Notre solution : « Change the world » & C++

Less-Fear1Suite de mon billet sur l’évolution de notre société que l’on nous donne à « consommer ».

Notre vision vaut-elle mieux que la leur ?
Avons nous compris le problème ou contentons nous d’automatiser le passé ?
Se faisant, ne changeons-nous pas simplement de prison et en tous cas d’illusions ?
Reproduisons nous les comportements de nos prédécesseurs par force de l’habitude ou quelque chose est-il vraiment en train de changer ?

Je ne vais pas traiter le thème de « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » alors que d’autres l’ont fait très bien mais j’ai l’impression que nous tombons dans absolument tous les pièges :

Leur solution : la société du contrôle

10394025_513229842151128_4032451498416211512_nL’affaire des 40 K€ de taxis d’Agnès Saal est absolument remarquable de l’état de notre société, de la faillite de nos élites dans ce qu’ils pouvaient avoir d’exemplaire. Mais pire encore, nous assistons à la faillite de leur mode de résolution des problèmes qui privilégie le court-termisme à une vraie de réflexion de fond et au courage d’une action volontaire et juste.
A trop privilégier de tordre la réalité en s’attaquant aux conséquences, on ne traite aucune cause.

Pire, on nous prépare une société du contrôle, de l’infantilisation où l’on veut échanger le reste de notre humanité contre un peu d’illusion … de sécurité.

La Liberté …

300px-LibertéCe matin, j’étais obsédé par ce mot qui revenait sans cesse et dont on nous rebat les oreilles à longueur de journée : LA LIBERTE. Mais que de folie n’a t’on pas commises en ton nom !

La Liberté va t’elle devenir le dernier opium à la mode, pour paraphraser Marx ?
L’opium du peuple … après les religions et avant la nouvelle lubie : LA SECURITE ?

Folie !

Et en lisant cette proposition de loi, visant à « neutraliser les individus en lien avec une activité terroriste » … je m’interroge sur le monde que nous allons laisser à nos enfants : Un monde de peurs. Un monde de haine de l’autre. Un monde de fausse confiance, de déresponsabilisation induit par un abandon de toute valeur au profit de la « sécurité ». Un monde d’illusions, où nous allons donner la clé de notre futur à des gens qui ne comprennent même pas leur présent.

Welcome back Guy et Merci

MerciOui Guy, j’ai terminé de lire ton livre. Cela n’a pas été sans mal, tant parfois j’avais envie de le refermer. Le sentiment d’entrer dans une intimité. Un sentiment de mal-aise que je ressentais trop présent parfois. Je ne sais pas. Le sentiment d’un homme en reconstruction qui a compris beaucoup de chose mais dont on craint que ce ne soit qu’une compréhension « intellectuelle » et non « cellulaire« . (la plus difficile)
Mais pour cela et parce que c’est toi et que j’ai trouvé de vraies perles. J’ai tenu bon.
Et parce que je vois des interview de toi et que tu expliques ce qui n’est pas l’essentiel pour moi et oublie ces perles, je me risque à ce billet.

Président: un sacerdoce

HeureuxBelle interview de Francois Bayrou ce matin avec une définition tout à fait intéressante du rôle de Président.
D’ailleurs pour moi, que ce soit un Président de la République ou un Président d’une Entreprise, c’est la même chose,

« … transmettre aux gens des raisons de vivre, par une présence véritable, par une vision, avec des mots qui touchent, ça oui. À partir de là, les gens peuvent construire un allant collectif, une sorte de bonheur de volonté pour un peuple. Le bonheur privé, c’est une tout autre construction. »