Welcome back Guy et Merci

MerciOui Guy, j’ai terminé de lire ton livre. Cela n’a pas été sans mal, tant parfois j’avais envie de le refermer. Le sentiment d’entrer dans une intimité. Un sentiment de mal-aise que je ressentais trop présent parfois. Je ne sais pas. Le sentiment d’un homme en reconstruction qui a compris beaucoup de chose mais dont on craint que ce ne soit qu’une compréhension « intellectuelle » et non « cellulaire« . (la plus difficile)
Mais pour cela et parce que c’est toi et que j’ai trouvé de vraies perles. J’ai tenu bon.
Et parce que je vois des interview de toi et que tu expliques ce qui n’est pas l’essentiel pour moi et oublie ces perles, je me risque à ce billet.

Président: un sacerdoce

HeureuxBelle interview de Francois Bayrou ce matin avec une définition tout à fait intéressante du rôle de Président.
D’ailleurs pour moi, que ce soit un Président de la République ou un Président d’une Entreprise, c’est la même chose,

« … transmettre aux gens des raisons de vivre, par une présence véritable, par une vision, avec des mots qui touchent, ça oui. À partir de là, les gens peuvent construire un allant collectif, une sorte de bonheur de volonté pour un peuple. Le bonheur privé, c’est une tout autre construction. »

Le rantan#PlanAntiracisme du gouvernement

rantanplanAvez vous entendu parler du plan du gouvernement pour lutter contre le racisme ?

Ca serait dommage tant il est le reflet de notre époque.
Une époque où l’on se complait à confondre causes et conséquences et où l’on pense avoir traité le problème parce que l’on en a parlé, voir affecté quelque subsides …
Une époque souvent vidée de sens, remplie de bruit, de vent, de fureur et de peurs.
Mais où parfois aussi, on y découvre aussi de belles surprises.

La loi est votée, circulez, il n’y a rien à voir

circulez---y-a-rien-a-voir-1767792Et oui les amis, comme prévu, la loi sur le « renseignement », qui rappelons nous, était là pour légaliser des pratiques, est maintenant votée, avec les « débats » que l’on connait et le résultat que l’on pouvait attendre en toute évidence. J’avais décidé de ne pas m’impliquer dans ce nouveau combat mais les tripes sont parfois plus fortes que la raison et même si je m’attendais au résultat dans son fond et dans sa forme, il est des choses qui ne passent pas.

Fatigué de parler, fatigué de me taire …

1-50Aujourd’hui, (ou plutôt hier pour ceux qui vont me lire en France), c’était la grande effervescence car il était discuté du projet de loi sur le renseignement, défendu par le premier ministre lui même … preuve s’il en était besoin que l’on ne doit pas se sentir très bien en haut lieu et que la pilule ne passe pas.
Je m’étais volontairement tenu à l’écart de tout ceci depuis déjà un moment. Cela en a peut être interloqué plus d’un.
Que fait-il ? cela ne l’intéresse plus ? normal, il vit maintenant à l’étranger, il n’est pas concerné. Tiens, il ne « râle » plus ? il est malade ? Il est désabusé ?

J-1 avant …

Arbre2… avant mon demi-siècle, oui, je crois que vous avez compris 😉
Et encore une photo d’arbre me direz vous, et oui. J’ai toujours aimé les arbres. C’était une rencontre émouvante de ce matin. C’est étonnant comme c’est chaud un arbre, même en hiver. Etonnant comme ils savent faire fondre la glace sous eux et trouver leur chemin.

C’était une journée d’émotions aujourd’hui. Les enfants sont partis aujourd’hui regagner « la grande ville » et pour la première fois, je crois que j’ai ressenti ce que les grands parents ressentent à la fin des vacances, quant ils passent d’un trop plein de tout à un trop vide.

J-2 avant …

… avant le demi-siècle. Avant mon demi siècle.
Difficile ce billet que j’aimerais écrire à la première personne du singulier, mais sans tomber dans un égo-centrisme ou une inutilité patente, en évitant juste qu’il parle « de moi ». En fait, je me rends compte que c’est plus la peur de ce que je pourrais apparaitre qui me soucie, alors qu’avec ce demi siècle, j’ai appris au moins une chose, c’est l’Etre et non le par-être qui est l’essentiel.

Alors soyons. Ou plutôt, SOIS. Je vais me parler à la première personne du singulier, comme si je parlais à un grand frère. A quelqu’un mis sous couveuse depuis si longtemps, de peur du jugement des autres, du rejet ou de l’abandon. De peur du « qu’en dira t’on ». De ce que vont penser Pierre, Paul ou Jacques, à la fois client, fournisseur, collaborateur ou membre de sa famille.
N’ai pas peur disaient-ils … tant il est vrai que la peur est LE problème N°1 de notre siècle, de notre monde. Alors, avançons :

Dear Son, dear Daughter …

8b2d33fd903850708ff1f0e4621923e6 Cet excellent article m’a donné le sujet de ce billet, tant il me concerne au plus haut point, avec l’entrée du « petit dernier » dans le système Américain.
Ces mots qui sont dans le coeur de tout parent mais que l’on ne dit pas toujours. Sisi, je vous assure. Même si vous pensez que vous n’êtes pas concerné en tant qu’enfant, la réalité n’est pas toujours ce que l’on croit. J’ai dis dans coeur, pas dans la tête. 😉

Le bonheur

happyQu’est ce que le bonheur ?
Si avoir tout ce que l’on désire apportait le bonheur, cela se saurait. Mais c’est déjà là commencer à y répondre tant poser le problème du bonheur et celui de la possession semble une impasse.

On pourrait croire à une question de bac de philo classique, tant les réponses toutes faite ont été écrites, depuis si longtemps, par de nombreux philosophes … les professionnelles d’une pensée raisonnable comme j’aime à les appeler. Ceux qui sont ce qu’ils pensent, comme de nombreux d’entre nous d’ailleurs, mais c’est un autre sujet.
Et bien peut être que si nous nous penchions un peu plus sur cette question, pour nous même, nous apprendrions beaucoup. Et déjà première surprise, (pour moi) le bonheur n’est pas dans le passé ou dans le futur, mais bel et bien dans le présent. Et cela change tout.

En tout les cas, c’est simple, c’est rafraichissant et cela me semble très juste sur de nombreux points. Une jolie présentation synthétise de différents sujets qui prennent beaucoup de temps à étudier et encore plus à comprendre et surtout mettre en pratique.

Alors, on y va ?

 

PS: Crédit photo. J’ai eu beaucoup de mal pour trouver une illustration à ce billet. Chercher le mot « bonheur » sur Google Image et l’on comprend vite l’étendue du problème. Essayez … c’est étonnant.

N’abandonne surtout pas …

… ne laisse personne détruire tes rêves :