En quête de sens !!!

en quête de sensCurieux, ce matin je parcourais mon fil twitter, facebook et autre et je sentais une oppression de plus en plus forte. Bon, twitter, j’ai l’habitude, c’est le défouloir de toutes les frustrations et des mauvaises nouvelles. C’est une chaine d’info revu en mode telex. Mais c’est parfois utile pour aller droit au but … « straight to the point » … en n’oubliant pas de reprendre une activité normale après.

Par contre, Facebook, c’était différent. Alors pourquoi cette gène ? 14 Juillet révolutionnaire attitude ?
Je ne crois pas, c’est même tout le contraire :

La compassion

compassion-chemin-du-coeurQue d’encre n’a t’elle pas coulée au sujet de la compassion. Jamais un mot n’a été aussi galvaudé que celui ci il me semble, sauf le mot « Amour », bien sûr. Futil, important, essentiel ? Mais d’abord, qu’est-ce que c’est ? (tiré du site d’où provient cette photo):

« La compassion n’est pas juste l’affaire des religions.
Il est important de savoir et prendre conscience que c’est l’affaire de tous, c’est une question de survie. La compassion n’est pas la pitié et est au delà de l’empathie. C’est vivre avec l’autre une expérience en même temps que lui et ressentir soi-même ce que vit l’autre. La compassion ne peut se ressentir que dans le moment présent … »

La vérité sort de la bouche des enfants ?

lookCela fait du bien de voir qu’il y a de plus en plus de gens qui osent, en dehors du risque du « qu’en dira t’on » et des modes. Oh, même si bien sûr, manger plus sain, bio voir plus « responsablement  » peut être vu comme un gadget ou une mode pour certains. Mais d’autres ne se laissent plus enfermer dans le moule d’une société qu’ils n’acceptent plus. Ils comprennent qu’ils ont des devoirs envers les autres mais aussi un pouvoir de transformation. Et cela commence de plus en plus tôt :

Et pourtant nous avons du vague à l’ame …

MatrixLa video de Peter Brabeck (PDG de Nestlé) a fait un peu de bruit dans nos lanterneau … mais a t’elle permis une prise de conscience ?
A t’elle permis un rappel à l’ordre des patrons de ce monsieur qui devraient s’inquiéter de l’avenir de leur vache à lait pour les années à venir, sérieusement, à défaut de leur responsabilité sociale ?

Je ne souhaitais plus faire des billets qui dénoncent ce qui ne va pas, même si généralement ce sont ceux qui font le plus d’audience. Mais à ce stade de discours, pour aider à l’éveil des consciences, il est de mon devoir de proposer ici sa vision … et d’autres.

A vous de choisir. Pilule rouge ou pilule bleue, le choix est dans vos mains.
Quant au « vague à l’ame », à trop privilégier les conséquences aux causes, à trop écouter ses illusions plus que son intelligence, à trop privilégier le court terme au moyen terme … il n’est pas prêt de s’arrêter.

Les trois portes de la Sagesse

18_sagesse-beyUn Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l’envoya auprès d’un Vieux Sage.

« Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie », demanda le Prince.

« Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications.
Sur ta route, tu trouveras 3 portes.
Lis les préceptes indiqués sur chacune d’entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus.
Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta chair. Va, maintenant.
Suis cette route, droit devant toi. »

Et toi, tu proposes quoi ?

Le-Sentier-Jiancing-Taiwan-02Ce billet est dédié à ceux qui me disent ou me pensent fataliste, désabusé, cynique. Ceux qui ne me lisent pas et qui sortent un trop facile: « Mais toi alors, tu proposes quoi ? »

J’ai eu mon 1/4 d’heure super rebelle, avec son paroxysme dans la lutte contre la loi Hadopi. J’ai eu mon 1/4 d’heure « collabo » (oui, j’ai entendu le terme et il continue de me choquer), je me suis fais cracher dessus par ceux qui ne comprenaient pas ma démarche, en tentant d’aider à changer les choses de l’intérieur.  Tout était vain, mais je ne regrette rien car cela a participé (à me faire perdre beaucoup de temps) à me construire, à savoir ce que je ne veux plus et à en tirer une certaine « philosophie » que j’aimerais vous faire partager.

La startup sera t’elle la nouvelle pompe à essence ?

Historic Route US 66 - Mobilgas pumps at Hackberry General Store, AZ _mlhradioExister lorsque l’on est un peu différent, dans un monde si bien organisé est une gageure. Cela a toutes les apparences d’un « fight club » quotidien. Et la startup est un bon terrain d’expression de cette différence et le chemin n’est pas facile.
Startup n’est pas un but, c’est une façon de faire qu’il faut vite changer pour pouvoir aller vers un développement durable : un marché et des clients en parvenant à conserver sa « flamme intérieure », envers et contre tout et tous.
Il y a des gens qui sont très doués pour les « startups », ils en font toute leur vie. Mais est-ce pour autant une solution ? Un but ou un moyen ? et dans ce cas, pour faire quoi ?

#FrenchEntrepreneur : Invest in you first !

Screen Shot 2015-06-25 at 4.11.44 PMIntéressant que cette édition de la #Frenchconf à NYC. Je ne vais que très rarement à ce genre de manifestations, mais là, étant donné que cela jouait à domicile, que la cause de l’Entreprenariat m’est chère et last but least, ayant été invité et ne voulant pas passer pour un rustre, j’y suis allé serrer quelques mains hier matin.

Comme certains amis ont été surpris de ma démarche, qu’il y avait des choses à en dire et qu’en plus, je suis tombé « par hasard » sur une vidéo qui illustrait bien les propos de M. Macron, je ne pouvais pas faire moins qu’un billet.

Episode 2> L’économie du partage est morte … enfin j’espère

Unknown-1Je continue  ma plongée dans l’univers de « l’économie du partage ». Ce billet est la suite de mon épisode 1, basé sur un exemple précis aboutissant à un constat d’inadéquation des offres conventionnels à un simple besoin : « regagner Toulouse un dimanche matin pour pouvoir y prendre un avion. »

Je m’étais souvent demandé si  le risque de cette économie du partage, que l’on vante tant n’était pas de tomber dans la supercherie et l’indécence d’un monde toujours plus marchand. Mais d’un autre coté, je me disais que la sélection naturelle et le bon sens des utilisateurs prendrait (un jour) le pas. Justement, en parlant de pas, je pense qu’il s’agit juste du premier, qui ne doit pas être celui qui nous arrête dans une fausse solution, mais qui au contraire nous permet de faire le suivant : le passage à une offre basée sur les besoins et non sur la stupidité et la destruction de valeur programmée de « l’économie du partage ».
Déjà dans ce mot, il y en a un de trop : ECONOMIE. On l’a bien vu avec le numérique où certains politiques ne voient que peur et risques et au mieux « l’économie numérique », car il est un mot qu’ils comprennent mieux que l’autre.

On voit bien où cela nous mène. Mais ne brulons pas les étapes et reprenons :

Episode 1> L’économie du partage est morte … enfin j’espère

share-economyExcusez le titre un peu racoleur, mais vous comprendrez vite pourquoi je l’ose.
Oh, l’économie du « partage », vous connaissez !
Elle est à l’économie ce que « big data » est à la technique, c’est à dire un buzz word qui fait bien de mettre dans son casting pour intéresser les « spécialistes ».

Vous connaissez sans doute les ténors du secteur, comme Airbnb, Uber, que j’utilise et apprécie, mais là, c’est une autre expérience qui m’a donnée l’envie de ce billet : celle du co-voiturage et de mon essai de Blablacar.