NON !

Ce matin, c’est une fois de plus le dĂ©gout qui me pousse Ă  ce billet. Je pourrais garder cela pour moi. J’y conserverais peut ĂȘtre les derniers points de crĂ©dits envers ceux qui ne me trouvent pas “grognon”. Mais Ă  un moment, c’est trop fort, non de non, c’est Non !
A quel moment, ce que ferait quelqu’un peut-il excuser ce qu’il est ?
A partir de quel “talent”, de quelle AUDIENCE, de quel MILIEU, le n’importe quoi devient possible et excusable par les “bien pensants”:
“non mais tu comprends coco, quand mĂȘme, Polanski est un grand rĂ©alisateur 
 Cantat est un grand chanteur … Hamilton Ă©tait un grand photographe … et Weinstein a tant fait pour le cinĂ©ma 
”

 

Que l’on tente d’expliquer est une chose, mĂȘme si certains, comme Valls, y voient Ă  tort, le dĂ©but du pardon. Mais que l’on excuse, NON ! Alors qu’ils pourraient simplement dire :

Il a commis une terrible erreur qui a fait souffrir d’autres,
Il faut comprendre la logique, le processus qui l’ont poussĂ©s jusque lĂ ,
Savoir comment cela vient, comment cela s’installe pour mieux les combattre,

 et tenter de changer en profondeur les causes pour qu’elles n’aboutissent pas encore et toujours aux mĂȘme consĂ©quences.
Leurs laissons nous une deuxiĂšme chance alors ? Pas un droit Ă  l’oubli, mais une possibilitĂ© du pardon.

 

MĂȘme Emile Louis, du fond de son enfer, conservait un talent au sein de son humanitĂ©, une espĂ©rance et peut ĂȘtre mĂȘme UNE UTILITE: “c’était sans doute un extraordinaire chauffeur de bus.”
Et oui, Mme Carla Bruni 
 Weinstein a tant fait pour le cinĂ©ma “indĂ©pendant” 
 oui, MAIS NON, ou plutĂŽt “en mĂȘme temps 
”

Dualité

Vous me trouvez bisounours disant cela ?
Et bien je ne le crois pas. Les bisounours sont ceux qui pensent que le monde est soit noir, soit blanc. Que nous viverions mieux sans Weinstein et toutes ces pourritures 
 qui soit dit en passant, n’ont que peu de rapport avec des porcs.

/apparté:

pourquoi toujours nous rĂ©fĂ©rer au monde animal pour caractĂ©riser un comportement, gĂ©nĂ©ralement dĂ©viant ? un porc, un loup, une hyĂšne sont-ils forcement plus abjects et vils que nous ? n’ont-ils pas aussi le droit Ă  la Vie et Ă  un minimum de respect ? Ou du moins, en tous les cas, Ă  ne pas ĂȘtre rabaissĂ©s au niveau des plus pourris d’entre nous.
/fin d’appartĂ©

Quoi que nous ayons appris par “le systĂšme”, le monde n’est pas binaire. Il n’y a que les ordinateurs d’aujourd’hui qui le soient. La dualitĂ© est tout Ă  fait autre chose et c’est de cela dont il s’agit.

RĂ©veil

Nous rĂ©veiller pour passer d’un simplisme crĂ©tin (binaire) Ă  dĂ©jĂ  une meilleure relation au monde ne serait pas un luxe. Non pas qu’il faille accepter que le pire existe pour que le meilleur s’exprime, mais simplement comprendre que nous avons le choix. Tout n’est pas forcement dans l’équilibre du noir et du blanc, mais dans la possibilitĂ© des deux.
Weinstein avait le choix et par lĂ  mĂȘme, nous aussi. Il nous pousse Ă  nous (re)lever, dire NON, ca suffit ! plus jamais !
Et Ă  la dire Ă  ceux qui trouveront juste de s’indigner par convention pour les dĂ©fendre 
 les bisounours !

Ecoutez ces rires

Depuis l’intervention de Blandine Gadin aux moliĂšres, qu’est ce qui a changĂ© ?
Ecoutez ces rires, vous sentez la gùne ? c’est palpable, c’est dense, cela ne sent pas trùs bon n’est ce pas ?
Mais n’ĂȘtes vous pas gĂ©nĂ© Ă  votre tour ?

  • GĂ©nĂ© par ceux qui osent rire,
  • GĂ©nĂ© par ceux qui se croient obligĂ©s de rire,
  • GĂ©nĂ© par le silence,
  • GĂ©nĂ© par l’absence de standing ovation !
  • GĂ©nĂ© par un monde qui sait et se tait et se faisant, cautionne des comportements, des dĂ©viances que nous devrions combattre.

Blandine a Ă©tĂ© ENORME, car Ă  la diffĂ©rence de tant d’autres, elle ne jouait pas. On est gĂȘnĂ© parce qu’elle nous renvoye en miroir notre noirceur, notre lĂąchetĂ©. Elle Ă©tait dans le juste, elle !

Oui, Ă  un moment, il faut dire NON


 et j’espĂšre que ce #dĂ©noncetonporc sera l’occasion d’une vraie prise de conscience.
Mais dĂ©jĂ , si cela permet de montrer Ă  nos enfants que nous ne sommes pas d’accords. Qu’ils n’ont pas Ă  reproduire le pire ce que ce leurs ainĂ©s ont fait font. Qu’ils peuvent et se doivent d’ĂȘtre “mieux”, et que ce n’est pas si compliquĂ©.
Que le respect et la bienveillance ne sont pas des vains mots.
Que ces putain de “bien pensants” 
 les petits marquis tĂ©lĂ©visuels qui rĂ©pandent leur bille, leur cynisme Ă  longueur de journĂ©e, les chanteurs, Ă©crivains haineux, les philosophes de pacotille sous prozac, les Carla Bruni, les Catherines Deneuve (dĂ©solĂ©, ce sont les deux derniĂšres qui me viennent Ă  l’esprit) et tant d’autres, doivent ĂȘtre Ă©coutĂ©s pour comprendre au plus profond de nous, ce que nous voulons et ce que nous ne supportons plus !
Ne nous gargarisons pas de leurs mots, de leurs tournures, de leurs mĂ©thodes de faire rire au dĂ©pend des autres. Ils nous projettent dans l’illusion d’un monde “pourri” et que la vie est mal faite 

La Vie est trĂšs bien faite, ils en font partie, mais ils n’en sont qu’un sous Ă©chantillon.
A nous de nous lever pour mieux voir autre chose.
A nous de nous lever pour dire que nous ne sommes pas d’accord 
 et tant pis si notre voix Ă  moins de force que la leur. A nous tous, nous sommes plus nombreux et donc plus puissants. C’est pour cela qu’ils ont intĂ©rĂȘt Ă  nous maintenir Ă  genoux. Nous avons raison, et nous gagnerons dans la durĂ©e.

DĂ©jĂ , les consciences s’éveillent.

Regardez les progrĂšs en Ă  peine un siĂšcle

Bien avant, les guerres de religion Ă©taient la norme,
Avant, la colonisation salutaire, on allait apporter la “civilisation” aux primitifs et aux sauvages,
Avant la pédophilie était légale et cela plaisait beaucoup à certains,
Avant l’esclavagisme Ă©tait normal 

Avant, je ne suis pas certains qu’un L214 aurait pu exister

Avant 
 avant quoi d’ailleurs me diront certains, tant il semble que ce que je dĂ©cris existe toujours ?

Oui, le changement est lent, mais permanent. Quand on se met à réfléchir aux croyances sur lesquelles nous nous sommes construits, le ver est dans le fruit.
La transformation est inéluctable.

Et tant pis si certains trouvent cela “grognon”

Oui, nous avons Ă  l’ĂȘtre pour ne pas cautionner ce qui nous choque, ce qui nous lĂšse.
Oui, ĂȘtre grognon est salutaire et n’a rien Ă  voir avec le schtroumph grognon qui n’aime rien, ni mĂȘme Ă  la maniĂšre symptomatique de certains, de se rĂ©pandre dans les rĂ©seaux sociaux pour Ă©taler leur vie et ses travers.
Oui, grognon n’est pas le bon terme, mais “indignĂ©â€, “insoumis” 
 Ă©tait dĂ©jĂ  prĂ©emptĂ©s et je ne voulais pas courir l’amalgame.
Oui, rĂ©voltĂ© serait peut-ĂȘtre mieux 
 si les rĂ©voltĂ©s ne participaient pas Ă  renforcer le modĂšle qu’ils pensent combattre.

Oui, j’aimerais que vous trouviez un autre terme,
peut-ĂȘtre tout simplement “en Vie” ?
Pas mieux ?

crédit photo

Share