Uncategorized

Intouchables … ?

The Intouchables' Arrives From France - The New York Times

Intouchables les GAFAM ? c’est à la mode mais je ne parle pas d’eux. Ni même des Balkany, bien qu’ils aient réglé ce problème à leur manière. 😉
Je veux revenir sur ces gens qui, sous couvert d’humanisme et de bons sentiments, se savent intouchables, tout puissants en organisant leur position de domination. Je parle de ceux qui nous vendent depuis des années des investissement dans “l’or gris”. De ces véritables ordures qui nous parlent d’un investissement parmi les plus rentables. De ceux qui sont censés apporter une réponse à des questions difficile. Je parle des Ehpad, des cliniques de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR). D’un coté toute une partie de la population, n’ayant jamais eu affaire à ces organismes se moquent complètement de la situation. C’est le plus grand nombre et cela explique que nos politiques, véritables girouettes sentant le vent ne s’intéressent pas plus à un sujet quand il n’est pas d’actualité.

De l’autre coté les familles qui ont un proche concerné. Qui ne voudrait pas passer par ces établissement mais qui n’ont pas le choix. Qui voudraient que cela se passe le mieux possible et parfois c’est le cas. Ces familles qui voient les dysfonctionnements mais n’osent rien dire tant ils se sentent pris en otage. Se plaindre ? Menacer ? Quand c’est l’autre qui pourrait trinquer, non merci.

Alors que faire ?

Porter plainte … est ce vraiment une solution, même si, pour réveiller les consciences, il faut obligatoirement en passer par là ?

Demander des explications ?
Classique, ils passent du déni, puis c’est l’heure du combat et enfin, ils acceptent car ils n’ont plus le choix devant les évidences et parce que la société n’en peut plus de ces comportements déviants. Et oui, vous comprenez, ce n’est pas de notre faute. Nous n’avons pas assez de personnel. Cela coute très cher. On fait de notre mieux mais des brebis galeuses sont toujours possibles et ne font pas généralité. Je me crois revenu lors des discussions autour des actes épouvantables dans les abattoirs.

Une solution, les caméras, que tous se sentent concernés et possiblement enregistrés (le panoptique fonctionne assez bien) et évidement … personne n’en veut.

Théâtre en acte – Œuvre :

En attendant, on fait quoi car il y a urgence. On permet à plus de jeunes qui se diriger vers ces métiers d’AVENIR et de SENS de le faire ? On revoit la formation et les pré-requis pour éviter qu’ils ne partent en Belgique ou en Espagne pour faire leurs études ? On donne un coup de pouce à leurs salaires et on à une vraie politique de revalorisation des métiers indispensables et négligés ?

On réfléchit à “comment nous en sommes arrivés là” et on interdit la distribution de dividendes au delà du livret A et on encadre leurs salaires en auditant leurs comptes ? On interdit tout montage fiscal visant à diminuer nos impôts au profit de ces marchands du temple, le temps que d’autres formes n’émergent. On réfléchit à ces nouvelles formes et on fabrique LE CHOIX et la concurrence ?

Ou on va casser les jambes de ces médecins et ces “soignants” devenus inhumains et dont les exemples sont bien trop nombreux. Une société qui traite ainsi nos parents, ne mérite pas grand chose. Et c’est pour cela que je le redis, je pense que les vrais sujets structurants sont (entre autre), nos jeunes et nos vieux. Je dis vieux et ce n’est pas péjoratif. Ancien l’est. On dit bien jeune. Et puis passer de jeune à vieux sans avoir été adulte me semble un joli projet de Vie, comme le chante Jacques Brel :

https://youtu.be/uA0UJoNLMSo

PS: je n’oublie pas non plus tous le sujet concernant les personnes dites “handicapées”, le problème de la psychiatrie … je n’oublie pas, et c’est bien le problème. D’où mon image d’illustration de cet article. Image que j’aime beaucoup.

PS2: la photo ci dessus avec un personnage au bout d’une corde, vous avez reconnu ?

Si j’avais 17 ans aujourd’hui …

J’aurais 17 ans aujourd’hui, je serais bien embarassé pour savoir quoi faire de ma vie. Tant de voie intéressantes sont possibles aujourd’hui.
Est-ce que je me lancerais de nouveau dans l’informatique ? Je ne le sais pas.
A l’époque, je n’avais pas le choix, tant ce sujet me passionnait et dépassait de très loin tous les autres pour moi. Peut être était-ce aussi le seul qui ait été à ma portée sérieusement …
Mais aujourd’hui , si j’avais à faire un choix qui m’engage pour de nombreuses années ?
Continue reading…