Witbe

Catégorie professionnelle

Anticiper, être pro-actif … cela ne sert à rien : bien sûr

One more time 😉
L’actualité et la criticité des services qui dépendent maintenant de l’Internet pousse à expliquer et ré-expliquer sans cesse les mêmes choses : “ce n’est pas parce que vos équipements et votre réseau (semblent) fonctionnent(er) que le service attentu par l’utilisateur est correctement rendu …”
Je vais passer à l’exemple et ils sont nombreux. Démarche dangereuse courageuse^h^h^h^h inconsciente car les concernés pourraient prendre la mouche et nous boycotter … ou au contraire, réagir pro-activement et intelligemment en nous contactant pour demander ce qu’il se passe et comment améliorer leurs services. 😉

Encore une fois : ON NE PEUT AMELIORER CE QUE L’ON NE MESURE PAS. Le sujet n’est pas de pointer des coupables (démarche puérile, qui n’aboutit généralement à pas grand chose) mais plutôt d’aider chacun à avoir les bonnes informations (et non juste de la “Data“) pour changer d’état d’esprit. De passer du moyens au but et se dire, un bien mieux valorisant: “oui, je vois comment, moi aussi, proposer des actions concrètes et améliorer les choses”.

Dans un prochain billet, je passerais au POURQUOI. Mais déjà, quel est le problème ?

Continue reading…

La situation aux Etats-Unis et à NYC en particulier …

Quand nous avons expliqué que nous étions *forcément* touchés par la crise actuelle, liée au “covid”, nous ne pensions pas que cela ferait polémique.
Quand nous avons expliqué et ré-expliqué que, dès le mois de mars 2020, de nombreux clients (cote Ouest en Californie), nous ont dit qu’ils renvoyaient tous leurs collaborateurs chez eux et qu’ils ne reviendraient pas avant, au moins, le mois de Septembre 2020, nous n’imaginions pas que certains penseraient que cela n’ait aucune conséquence. Et quand ce retour “à la normale” tarde et est reporté de mois en mois … 2020 a été difficile Pas seulement par ses peurs et ses confinements prolongés, mais par leurs conséquences.
Quand on nous a dit que nous exagérions le contexte, social, économique et politique, nous ne pensions pas qu’il fallait développer plus avant. Si chaque année d’élection présidentielle est toujours une zone d’incertitude et de période où de grands groupes retardent des investissements, cette année 2020 aux Etats-Unis a été d’autant plus particulière. L’incertitude ou plutôt l’entropie d’un “bordel ambiant” (sic Moreno) a pesé sur le résultat économique de nombreuses sociétés.

Continue reading…

Happy 21st birthday Witbe

Et oui, 21 ans … c’était hier, le 17 mars et c’était il y a 21 ans. Le 17 Mars 2000, Witbe SA France, le mothership du groupe, était enregistré officiellement. Nous étions tous très excités et heureux, tellement nous voulions révolutionner la manière d’appréhender la qualité des services numériques et aider ceux qui allaient devenir des acteurs de premier plan.

21 ans après, c’est maintenant quasiment chose faite, sauf que rien n’a fonctionné comme prévu.
Au départ, le premier business plan prévoyait de travailler surtout dans le web, avec de multitudes de startoupes. Le plan de croissances était formidables: 100, 1.000, 10.000, à l’image de tout ce que nous faisions en 2000 … Des produits qui se vendaient tout seul parce que tout le monde en comprenait la nécessaire utilité et les bénéfices. La plupart des investisseurs de premier plan (nous étions en Mars 2000), voulaient investir des fortunes, sur cette idée et la qualité de l’équipe que nous réunissions …

Continue reading…

Tout n’est pas mauvais …

Nous avons publié notre chiffre d’affaire hier soir, « après bourse », selon les habitudes. C’est un exercice d’autant plus sensible quand on est coté, que l’on se sait « scruté », attendu, espéré.
Cela crée des attentes et nous n’aimons pas les décevoir, bien sûr. Mais d’un autre côté, cette pression particulière, cette « crainte » de ne pas aller au delà de ce que l’on espère de vous est une course sans fin qui peut pousser à la schizophrénie en ne dirigeant plus sa société « normalement ». Cela peut pousser à faire des choix contraires à l’intérêt de l’Entreprise et nous avons pu, une fois encore, ne pas tomber dans ce piège. Je dis schizophrénie pas par hasard car être côté est un exercice particulier où il faut parvenir à accorder aussi bien le temps court (et la publication au trimestre en est un exemple) et le temps long de l’Entreprise, de l’humain, de la construction durable.
Alors *Oui*, nous sommes, nous aussi, particulièrement déçus.

Continue reading…

Startup, quand t’es dans le désert …

Quand le Président Trump félicite Elon Musk et @SpaceX (enfin … car seul on est seul et il faudrait quand même féliciter un travail d’équipes remarquable), il est de bon ton de rappeler que les immigrants peuvent aussi faire des choses … intéressantes. Sous-entendu: heureusement qu’ils sont là !
OK, c’est de bonne guerre.
Mais je voudrais juste mettre l’emphase sur un autre point, passé inaperçu auquel m’a fait penser ce touitte décidément mieux bien inspiré : “this achievement, along with @NASA’s commercial and international partners …”.

Continue reading…

Si j’avais 17 ans aujourd’hui …

J’aurais 17 ans aujourd’hui, je serais bien embarassé pour savoir quoi faire de ma vie. Tant de voie intéressantes sont possibles aujourd’hui.
Est-ce que je me lancerais de nouveau dans l’informatique ? Je ne le sais pas.
A l’époque, je n’avais pas le choix, tant ce sujet me passionnait et dépassait de très loin tous les autres pour moi. Peut être était-ce aussi le seul qui ait été à ma portée sérieusement …
Mais aujourd’hui , si j’avais à faire un choix qui m’engage pour de nombreuses années ?
Continue reading…

La “technologie” change la vie

Pour ce qui est de changer le monde, je n’en suis pas certains, tant j’ai l’impression que nous ne faisons trop souvent qu’automatiser le passé et faire balbutier l’histoire. Mais pour ce qui est de la vie et de son cours, j’en suis un exemple vivant.
Le jour où j’ai “rencontré” un micro-ordinateur, le fameux TRS-80, que les moins de 20, 30, 40 ans ne peuvent pas connaitre, j’ai su que je devais “faire ça !”.
Continue reading…

Be on demand …

“Be on demand” … bien sûr on parle d’éducation “on demand”, bien sûr …
Et quand je parle d’éducation, je parle d’un apprentissage directement utile pour les sociétés “clientes mentionnées”. (je vous laisse deviner et à défaut lire l’article et chercher)
Il est des fois où je crois que je rêve … mais non. Oser écrire des choses comme cela est déjà grave, mais AUCUNE réaction de la “société civile”, engluée dans des fin de mois difficiles pour beaucoup et même dans des débuts de mois difficiles pour d’autres.
Vous allez me dire, mais quel est le problème ? fournir un “job” à “tout plein” de gens, c’est formidable non ?
Et puis ça n’est pas nouveau, depuis l’irruption des entreprises dans le monde éducatif, jusqu’à des programmes comme “tous codeurs”, on y est.
On apprend pas à ANALYSER ET PROGRAMMER, mais à coder. On n’apprend pas le sens, l’histoire, le pourquoi, mais à être (si possible) efficace en “dot Net”.
On n’apprend pas les sciences que l’on dit “molles“, on formate à coup d’équations et de “dur”. On apprend pas à penser, mais à résoudre, comme des machines. A ce jeu, serons nous toujours les plus efficaces ?
D’un coté, vous me direz que l’on passe d’un SAVOIR, à un SAVOIR FAIRE et que c’est déjà pas si mal non ? … surtout si cela permet d’avoir un petit “job” peinard, pour subvenir à ses besoin …
Continue reading…