En quĂȘte de sens !!!

Curieux, ce matin je parcourais mon fil twitter, facebook et autre et je sentais une oppression de plus en plus forte. Bon, twitter, j’ai l’habitude, c’est le dĂ©fouloir de toutes les frustrations et des mauvaises nouvelles. C’est une chaine d’info revu en mode telex. Mais c’est parfois utile pour aller droit au but … “straight to the point” … en n’oubliant pas de reprendre une activitĂ© normale aprĂšs.
Par contre, Facebook, c’Ă©tait diffĂ©rent. Alors pourquoi cette gĂšne ? 14 Juillet rĂ©volutionnaire attitude ?
Je ne crois pas, c’est mĂȘme tout le contraire :

Facebook est gĂ©nĂ©ralement plus “positif”. Est-ce le choix de mes “amis” ? Est-ce l’absence de limitation Ă  140 caractĂšres ? Est-ce un hasard ? Je ne sais pas, mais souvent, on dĂ©couvre des choses intĂ©ressantes. Mais lĂ , ce matin, j’avais la boule. (au ventre)

Les gourous de l’innovation

Je sentais monter une sorte d’impatience, de pĂ©nibilitĂ© … allez, d’agacement, employons le bon mot. Ca m’Ă©tait dĂ©jĂ  arrivĂ© quand je lisais des avis que je n’estimais pas forcement “autorisĂ©s” ou du moins trĂšs peu partiaux, sur des sujets que je pensais connaitre un peu. Non pas que je leur dĂ©nie ce droit. Non mais au bout d’un moment, marre de lire les Ă©panchements des toujours mĂȘmes, marre de leurs analyses lapidaires et court-termiste, marre de voir leur jeu et leur manĂšge, marre d’en avoir marre. Inutile de citer des noms. Vous en connaissez forcĂ©ment et ils ne sont pas forcement les premiers coupables, enfermĂ©s et dominĂ©s dans un hyper-Ă©go qui veut Ă  tout prix avoir raison sur tout et sur tous. On est peut ĂȘtre mĂȘme tous passĂ©s par lĂ . C’est dire si je commence un chemin d’Ă©veil et de tolĂ©rance bientĂŽt. 😉
En fait, grĂące Ă  FrĂ©dĂ©ric Lenoir (que dĂ©cidĂ©ment j’aime de plus en plus), je crois que j’ai compris ce qui me dĂ©range :

  • ce manque de recul qu’ils ont Ă  nous sur vendre toute pseudo innovation comme un progrĂšs.
  • ce manque d’Ă©coute, malgrĂ© ce qu’ils pensent. L’Ă©coute et aussi de capacité d’entendre ceux qui pourraient avoir un avis un tout petit peu contraire.
  • ce regard condescendant, voir cette flammĂšche agressive sur le mode “tu ne peux pas comprendre …”
  • ce manque de modĂ©ration et d’humilitĂ© … on va changer le monde grĂące Ă  “Internet” et aux “algorithmes”. Pourquoi ? pour un mieux bien sĂ»r.
  • Google, Apple, Uber et les autres, c’est “cool man …”, “t’as rien compris”, “si tu n’es pas inconditionnellement pour, tu es contre”, “tu te finkielfkroutise”, “et toi mĂȘme, tu n’utilises pas ?” …

Je pense que ce qui m’Ă©nerve le plus, outre cette attidude de “moi je”, c’est ce manque de principe de rĂ©alitĂ©, d’ouverture au doute. Du moment que c’est numĂ©rique, c’est bien. Non mĂȘme, c’est mieux qu’avant. Du moment que ce sont des “jeunes“, ça disrupte, c’est gĂ©nial. Les autres n’ont rien compris. Sacrebleu, vous allez voir ce que vous allez voir !!!
Ils fustigent les politiques dont l’une des ficelles est de nous cliver pour pouvoir mieux nous contrĂŽler et … ils font la mĂȘme chose en s’Ă©rigeant en dĂ©fenseur d’idĂ©es et surtout de rĂ©alisations d’autres, sans en voir les piĂšges ou les autres possibles.

Disruptons, disruptons …

La disruption technique me fait doucement rigoler, comme les nouveaux apĂŽtres, les gourous du bit carrĂ© qui prĂȘchent leur derniĂšre dĂ©couverte, le transhumanisme, le dĂ©codage du gĂ©nome pour tous, la mĂ©decine prĂ©dictive et autres joyeusetĂ©s. Outre les problĂšmes de sociĂ©tĂ©s qu’ils ne voient pas et les mauvais chemins vers lesquels ils vont nous entrainer, n’est ce pas indĂ©cent de venir nous faire ch* avec leur “disruptons … disruptons …”, tels les gloupiers d’une sinistre farce alors que nous sommes dans une crise :

  • de sens,
  • de valeurs,
  • politique,
  • du vivre ensemble,
  • Ă©cologique,
  • sanitaire.

Tous ces sujets eux aussi reliĂ©s entre eux pour former une formidable crise systĂ©mique. Un gros “bordel ambiant”, cher Ă  Moreno. On nous a vendu de la technique pour la technique, nouveaux gadgets Ă  la mode qui doit “enchanter” notre quotidien mais qui ne rĂ©ussissent trop souvent qu’Ă  nous emprisonner et nous individualiser encore un peu plus en nous sĂ©parant mĂȘme de nous mĂȘme.
Cela ne mĂ©riterait-il pas parfois de l’entartage, tant on se refuse de voir la forĂȘt, cachĂ© par leurs brindilles ? Tant le “toujours plus” nous interdit de voir que nous avons tout pour ĂȘtre heureux, aussi GRACE A L’INTERNET, sans attendre demain ?

Disruptons les Disrupteurs

Bref, vous l’avez compris, les gourous de l’innovation pour l’innovation me font ch* … pardon, m’insupportent et me les brisent menu.
Jalousie ? Que nenni. C’est simplement une histoire de principe de rĂ©alitĂ© et de responsabilitĂ©, comme en parle trĂšs bien F. Lenoir dans sa vidĂ©o que je vous invite vraiment Ă  Ă©couter jusqu’au bout. S’il vous plait, faites cet effort. Vous ne cliquez pas assez sur les liens que je m’efforce de vous proposer.
[fvplayer src=”https://www.jmp.net/wp-content/uploads/2015/07/Il-Ă©tait-une-foi-FrĂ©dĂ©ric-Lenoir-En-quĂȘte-de-sens.mp4″ width=”640″ height=”360″]
La charge est sĂ©vĂšre ? … non, elle est savoureuse venant de moi, croyez moi. Etant un fervent addicte de tous ces trucs depuis trĂšs longtemps. Nous vivons une “ultra modernitĂ© dĂ©senchantĂ©e parce qu’on nous a vendu le mythe du progrĂšs”. On a prĂ©fĂ©rĂ© les moyens au but. L’utopie d’un monde plus fraternel du siĂšcle des lumiĂšres a Ă©tĂ© remplacĂ© par un monde “hyper connectĂ©”, qui certes ne prĂ©sente pas que des defauts, mais beaucoup de problĂšmes et en particulier :

  • celui de capturer notre attention au profit d’un monde encore plus artificiel et illusoire, dominĂ© et contrĂŽlĂ© par quelques uns,
  • un individualisme et un renforcement de l’Ă©go,
  • un monde de plus en plus “technique“, une complexitĂ©, dont on nous gave a Ă©touffer, comme le disait ThĂ©odore Monod.

Vers des individus responsables

F. Lenoir met le doigt justement sur les problĂšmes qui vont avec (attention, ne confondons pas les causes et les consĂ©quences, la technique a du bon, c’est de son usage immodĂ©rĂ© dont il est question ici) :

  • manque du sacrĂ©,
  • manque de solidaritĂ©,
  • manque de spiritualitĂ©, …

Mais en s’arrĂȘtant lĂ , il ne ferait pas mieux (encore que …) que ces “gourous” dont je parlais. Au contraire, il nous donne des pistes de comprĂ©hension pour mieux ensuite choisir nous mĂȘme les solutions. Oh rien de rĂ©volutionnaire. Gandhi avait dĂ©jĂ  tout dit :

“Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde.”

L’amĂ©lioration ne viendra que de nous, pas de nouveaux veaux d’or, des machins techniques, des illusions d’un monde usĂ©, dont les ficelles (politiques, religions, finances, …) sont devenues trop visibles.

RĂ©veil !!!!

Mais il faut dĂ©jĂ  se rĂ©veiller et comprendre que la solution n’est pas dans le dernier service dit “Internet” Ă  la noix alias 2.0. La solution n’est pas dans la “rĂ©volution” et tout casser. La solution est une Ă©volution en conscience et elle est en chacun d’entre nous. DĂ©jĂ  commencer Ă  se rĂ©veiller et modifier son comportement en n’acceptant plus ce qui ne convient pas.Ca c’est l’Internet 0.0 que j’aime, celui du dĂ©but, celui des idĂ©es.Ca c’est User Centric (Ă  la diffĂ©rence des grands services dits 2.0 qui peuplent notre quotidien).CA C’EST BON !

Le sens, encore et toujours

Et ça, c’est en marche et c’est inarrĂȘtable. En quĂȘte de sens … EnquĂȘte de sens … de SENS. Un mot que j’utilise souvent. Et je ne suis pas le seul d’ailleurs on dirait … il y a mĂȘme des d’jeunes. Bravo les gars. J’ai commandĂ© leur DVD. Leur sociĂ©tĂ© s’appelle “Kamea Meah”, signe de bon gout non ? 😉 N’hĂ©sitez pas Ă  le faire aussi et bien sĂ»r, c’est un conseil gratuit de ma part, juste intĂ©ressĂ© Ă  ce que nous soyons un peu moins “gourou technique” et un peu plus Ă©veillĂ©s sur les vrais problĂšmes, les vrais sujets et les possibles solutions.Merci pour eux.
Merci pour nous.
PS: je reconnais que chacun est utile et participe Ă  cette grande question de l’Ă©veil et de la prise de conscience, Ă  sa mesure … sauf quand d’aucuns ne se contentent de relayer un message prĂ©-machĂ© et prĂ©-pensĂ© par d’autres et participent donc Ă  l’endormissement gĂ©nĂ©ral. Ceci dit, mĂȘme lĂ , ils sont utiles Ă  favoriser ce genre de rĂ©action et Ă  faire Ă©merger des gens debouts. Donc merci Ă  eux. 😉
crédit photo

Share