Attention au discours sur la baisse du niveau scolaire

Il devient de bon ton de critiquer le niveau scolaire et d’alarmer sur sa dangereuse chute. C’est un fait.
Mais curieusement, pour noyer le poisson ou pour aider à contre balancer l’argument, d’autres voix s’élèves pour dire qu’il a toujours été reproché cela et même de remonter à Goethe, Erasme ou Juvénal.
Encore un bel exemple de bullshit qui tend à noyer le poisson et se faire diviser les opinions pour qu’elles ne s’affrontent mieux sur la forme et ne rien faire sur le fond.

Restons en à des faits:

  • Il est exact que le niveau du certificat d’étude du siècle dernier n’a rien à voir avec celui en vigueur actuellement. A cette époque, “faire des études”, c’était quelque chose. C’était un véritable sacrifice, pour les parents et … pour les enfants. Il ne fallait pas trop prendre les choses à la légère.
  • Il est exact aussi que le niveau du baccalauréat chute vertigineusement. Il suffit de prendre des annales pour s’en rendre compte mais aussi que le niveau d’un même Bac n’est pas identique. Regardez simplement les exercices de certaines académies … cela ce passe de commentaire. Est-ce la politique de vouloir amener 80% d’une classe d’âge au baccalauréat ? C’est bien possible tant c’est caricatural d’une démarche “politique” dans l’approche. Le but est louable, le chemin lamentable. Plutôt que de s’attaquer sérieusement au sujet et en revenir aux causes, on veut des résultats rapides et donc on ne traite que superficiellement les choses. Plutôt que de reprendre tout le sujet de l’éducation, ce qui donnerait des résultats à une échéance d’élection trop lointaine … on baisse le niveau. Ca c’est facile.
  • Il est exact encore de constater que l’on apprend plus les mêmes choses au même moment. Exemple, équations différentielles, de nombres imaginaires, matrices, calcul mental même …
  • Mieux encore, on a inventé des méthodes dites “modernes” pour soi-disant simplifier les choses … la fameuse méthode globale pour apprendre à lire: quelle connerie ! Demandons juste 2 minutes ce qu’ils ou elles en pensent aux instituteurs et institutrices qui ont eu à enseigner les deux méthodes. Et sur ce point, il est encore plus exact que cela fait des dizaines d’années que j’entends des enseignants se plaindre que des élèves arrivent dans leurs classes sans les acquis nécessaires et plus grave du plus grave, sans savoir lire correctement et encore moins écrire.

Bon, j’arrête là. Tout cela pour dire qu’il faut se méfier de ces petits marquis de la pensée qui sont prompts à critiquer la critique un peu trop vite. Se faisant, ils participent à rendre le fond inaudible et même pire … à faire taire toute critique constructive en favorisant le cynisme.

Oui l’éducation va mal, quand on mélanger Education et enseignement.
Oui, l’Education devrait être PRIORITAIRE … encore plus que l’économie, le chômage, l’environnement et tout le reste, car elle est à la base de tout.

C’est comme en Haute-Fidélité … il y en a toujours pour vous expliquer que pour améliorer la qualité du son, il faut d’abord changer les enceintes. Raté, c’est exactement le contraire qu’il faut faire. Il faut s’attaquer à la cause des problèmes à la source !
Nous ne sommes absolument pas assez ambitieux avec l’Education.

Ceux qui ont prôné la révolution du savoir ont fait un mal infini en poussant à banalise l’Education et privilégier un type de savoir aux autres : le savoir-faire et le savoir être. Le mal est très profond. Il ne faut pas alors s’étonner que de véritables imbéciles capitaines d’industries, aient souhaité un monde sans usine.

Ce n’est pas l’enseignement qui est en faillite, mais le monde de l’Education qui est en crise et nous devrions avoir un Ministre de l’Education et non un Ministre de l’Education Nationale … alias ce qu’un autre imbécile appelait avec tout le dédain dont il est capable : le mammouth. (et je pèse mes mots)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *